L'actualité
L'actualité
Igor Morozov, président d'AFROCOM : "L'Afrique est le dernier marché relativement libre pour la Russie en matière d'exportation de produits nationaux"
Article d'Igor Morozov, président d'AFROCOM, sénateur de la Fédération de Russie, pour le magazine Régions de Russie

Au cours des dernières décennies, l'Afrique est devenue le principal continent pour lequel la région euro-atlantique et la Grande Eurasie se disputent activement. Il n'est donc pas surprenant que l'UE augmente ses échanges avec les pays africains, qui s'élèvent désormais à plus de 300 milliards de dollars par an. Les États-Unis, par le biais de leur programme Prosper Africa, poursuivent leur offensive en investissant et en proposant des produits de haute technologie sur les marchés africains prioritaires. Une concurrence puissante à l'Ouest sur tous les azimuts est l'Empire du Milieu. La Chine, qui est le leader du financement des projets d'infrastructure, a réalisé d'énormes investissements dans les ports maritimes, les artères de transport, l'énergie hydroélectrique et les gisements prometteurs de métaux des terres rares. Selon l'Agence pour le développement et la coopération internationale, la Chine a construit plus de 6 000 km de voies ferrées, 6 000 km de routes, près de 20 ports et en a investi 25, plus de 80 grandes installations énergétiques, plus de 130 installations médicales, 45 installations sportives et plus de 170 écoles en Afrique. Le Japon et la Corée avancent vigoureusement. L'Inde, la Turquie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis tentent de suivre le rythme asiatique.

Dans des circonstances aussi difficiles, le slogan "Retour en Afrique", lancé au sommet de Sotchi comme un slogan planétaire pour la Russie, a été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme par notre communauté d'affaires et l'élite dirigeante. En effet, compte tenu des sanctions sévères imposées par l'Occident, de la crise provoquée par la pandémie et du déclin du commerce mondial, il est impossible de faire croître l'économie nationale sans maîtriser de nouveaux marchés, et encore moins d'atteindre les objectifs d'augmentation des exportations de produits non énergétiques à 250 milliards USD (paramètres du projet national "Coopération internationale dans le domaine de l'énergie"). (paramètres du projet national "Coopération internationale et exportation").

Que possède la Russie en Afrique aujourd'hui ? Un peu plus de 20 entreprises travaillent sur des projets de matières premières dans différentes parties du continent, et le pays exporte traditionnellement des céréales, des engrais et des produits pétroliers pour un chiffre d'affaires total de 17 milliards de dollars américains (2020). (2020 г.) ! Cette situation ne suggère qu'une chose : il est nécessaire d'impliquer à grande échelle les petites et moyennes entreprises des régions russes dans la direction de l'Afrique. L'ensemble du potentiel d'exportation de l'économie régionale doit être repensé : le secteur des transports, les machines et équipements agricoles, la construction mécanique et les équipements de navigation, l'exploitation minière, l'épuration des eaux et les technologies de l'information.

Et surtout, que peut offrir aujourd'hui la Russie à nos partenaires africains dans le secteur des hautes technologies ? En 30 ans, la Russie est devenue un pays complètement différent et nous comprenons aujourd'hui que les technologies de l'information, les technologies pharmaceutiques, l'espace - ce sont toutes des choses dans lesquelles la Russie est entrée dans le paradigme mondial et est maintenant l'un des acteurs les plus compétitifs. La Russie est en tête pour la prévalence des services fintech. Le pays est numéro un pour l'utilisation des paiements sans contact. Le taux de pénétration des services fintech en Russie est de 82 %. Il n'est plus élevé qu'en Inde et en Chine. Selon Skolkovo, le volume des investissements en capital-risque en Russie au cours du premier semestre 2021 s'est élevé à 1 milliard de dollars, les investissements dans les fintechs se sont élevés à 78 millions de dollars dans huit opérations. Le volume mondial des investissements en capital-risque s'est élevé à 291 milliards de dollars au premier semestre 2021. Les institutions financières russes sont aujourd'hui les plus intéressées par le développement de services de paiement, de places de marché et de portefeuilles financiers, de la finance embarquée, ainsi que par la gestion des finances personnelles, les solutions de programmes de fidélisation, le traitement sécurisé des données personnelles, la cybersécurité, l'automatisation des processus bancaires et les technologies du cloud.

On sait que des centres médicaux de haute technologie ont été créés dans les régions au cours des 5 à 7 dernières années et que des techniques de télémédecine sont en cours d'élaboration. Les bases ont été jetées pour des unités de médecine de catastrophe capables de répondre aux défis de civilisation partout dans le monde. Après que le vaccin Spoutnik V a fait irruption chez les leaders mondiaux du marché pharmaceutique, il est devenu clair pour tout le monde : la Russie a quelque chose à offrir à ses partenaires africains.

Toutefois, il faut savoir que l'Afrique évolue rapidement et que les règles pour y travailler changent également. "L'Agenda 2063, adopté par l'Union africaine comme programme de développement du continent, exige la localisation des fabricants étrangers, la création d'emplois et l'investissement dans des projets d'infrastructure avec un agenda social. Pourtant, malgré ses problèmes actuels et potentiels, le continent africain devient peu à peu un projet global pour l'Occident et l'Eurasie, et la compétition pour l'obtenir ne fait que commencer.

Dans ce contexte, il est nécessaire de créer des conditions compétitives pour nos exportateurs afin de promouvoir les produits russes. Il est clair que le Centre d'exportation russe n'a pas de fonds d'investissement direct dans son système de financement des projets africains. Les pratiques réussies en Afrique montrent clairement que la Chine, l'Inde et la France ont largement recours à ces fonds. Nous devons créer de nouveaux mécanismes pour comptabiliser les concessions sur les ressources naturelles dans les projets d'investissement et les transactions de commerce extérieur, les échanges compensatoires (de contrepartie) et les règlements mutuels en monnaie nationale. Nous voyons les partenaires chinois déployer le yuan électronique pour payer leurs contrats étrangers, principalement les contrats africains. Les autres pays ne sont pas non plus à la traîne de la Chine. La Banque centrale de Russie, tout en développant le concept d'e-roun, devrait dès la première étape prendre en compte l'expérience chinoise afin d'expérimenter de telles solutions innovantes en direction de l'Afrique. Il faudra pour cela modifier la législation actuelle et, surtout, changer l'état d'esprit selon lequel l'Afrique est le dernier marché relativement libre de la Russie pour l'exportation de produits nationaux. Dans une ou deux décennies, elle deviendra un espace industriel hautement développé qui ne laissera aucune place aux retardataires. Par conséquent, nous devons être plus audacieux en prenant des décisions politiques et économiques plus audacieuses, en créant des zones de libre-échange et un système d'accords de promotion et de protection des investissements, en supprimant les barrières administratives et commerciales, en exploitant les avantages concurrentiels dont nous avons hérité de l'URSS. Une zone industrielle russe en Égypte devrait être lancée dans un avenir proche ; cela aidera nos exportateurs à localiser rapidement leur production.

Lors de l'examen des tactiques de promotion des biens et services, il convient de s'inspirer de la pratique du Comité de coordination de la coopération économique avec les pays africains, qui dépend de la Chambre de commerce et d'industrie de la Fédération de Russie. AFROCOM a été créé en tant que structure de coordination de la Chambre de commerce et d'industrie russe pour rassembler toutes les entreprises régionales de Russie, ainsi que pour faire tout ce qui est possible pour transférer de nouvelles connaissances sur ce qu'est l'Afrique aujourd'hui et ce qui peut intéresser les entreprises russes. En créant des maisons de commerce et des centres de soutien aux entreprises russes dans les principaux pays africains, AFROCOM y envoie des missions d'affaires des régions russes et organise des conférences et des tables rondes (en Russie et en Afrique, en personne et par vidéoconférence) qui permettent aux entrepreneurs russes de s'informer sur les conditions du marché, les partenaires, de mieux comprendre l'atmosphère du climat d'investissement dans le pays. De leur côté, les expositions mobiles et les expositions de la production d'exportation permettent à nos partenaires africains de connaître les produits compétitifs actuellement offerts par nos régions.

Aujourd'hui, l'AFROCOM est un pont entre les entreprises russes et les pays africains, une plateforme permettant de rétablir une coopération économique active avec nos partenaires africains. L'AFROCOM a déjà fait beaucoup pour créer une infrastructure de travail pour les entreprises régionales russes. Sur la base du nouveau modèle de l'école russe à l'étranger, qui a été élaboré par Rossotrudnichestvo, l'AFROCOM entend contribuer activement à sa promotion dans toute l'Afrique. L'école, c'est la langue russe, c'est la connaissance de la littérature russe et de l'histoire russe. L'école accueille les futurs étudiants des universités russes, la future élite de l'Afrique. Et l'Afrique attend cela de la Russie...


Autre actualité populaire