L'actualité
L'actualité

Igor Nikolaïevitch Morozov: «En Afrique ils attendent le retour de la Russie»

La Russie prépare activement la tenue du deuxième sommet «Russie – Afrique». Le sommet devrait se tenir en 2022 dans un pays africain. Le Président russe Vladimir Poutine et les dirigeants des États africains y participeront. Sur la façon dont le format du forum est vu aujourd'hui et ses principaux objectifs et objectifs, nous discutons avec un membre du Comité du conseil de la Fédération de la Fédération de Russie sur la politique économique, le Président de l'AFROCOM Igor Morozov

Igor Nikolayevich, dans le cadre du sommet, il est prévu de tenir un forum d'affaires, que faut-il faire pour sa préparation et qui y participera?

- Le secrétariat du forum Russie-Afrique et ses Conseils, Ros congrès prévoient, avec les grandes entreprises stratégiques, d'attirer les petites et moyennes entreprises des régions. La représentation sur le marché africain est extrêmement importante pour l'économie régionale de la Russie.
Pour ce faire, au niveau des commissions intergouvernementales (CIB), il y a beaucoup à faire — approuver au sein du gouvernement de nouveaux mécanismes pour la prise en compte des concessions sur les ressources naturelles dans les projets d'investissement et les transactions commerciales. Il est également souhaitable de mettre au point des mécanismes de troc (compensation). Les États africains demandent ce format de travail pour les petites et moyennes entreprises.

Nous espérons que les commissions intergouvernementales signeront des accords sur les zones de libre-échange entre la Russie et les pays du continent africain. Des documents similaires ont été conclus avec les États-Unis, l'UE, l'Inde, la Chine et d'autres pays. La Russie est un peu en retard sur ce processus.

Nous nous attendons à ce que la Zone industrielle russe en Egypte gagne d'ici là, et tous ces outils permettront aux entreprises russes de se localiser plus rapidement et de passer par le processus de certification des produits fabriqués. L'absence de tous ces mécanismes freine aujourd'hui la présence massive de produits régionaux sur le marché africain.

- Que pouvons-nous offrir à nos partenaires africains?

- Tout d'abord, les camions compétitifs KAMAZ et URAL, les machines agricoles et les agrégats, les équipements pour l'industrie minière et minière: l'extraction du minerai de fer, de l'or, des diamants et des métaux des terres rares.

La percée sur le marché pharmaceutique mondial de Spoutnik V indique que tout doit être fait pour que les sociétés pharmaceutiques russes puissent trouver de nouveaux partenaires en Afrique. Le thème de la vaccination et pas seulement, pour ce continent est d'actualité. Pour les vaccins, un autre secteur pharmaceutique russe de haute technologie peut s'étendre.

Il convient de noter que la production expérimentale du vaccin russe est déjà en cours au Maroc, mais, comme je l'ai dit plus tôt, ce secteur doit être élargi à grande échelle parmi les producteurs des pays africains.

Il faut offrir ce qui est demandé sur le marché africain. Les technologies informatiques russes sont en avance sur de nombreux pays développés, c'est pourquoi les banques africaines s'intéressent déjà à nos services informatiques bancaires. C'est très important, car le secteur bancaire russe n'est pas présentement représenté sur le continent Africain. Cela limite la participation des entreprises russes aux appels d'offres et aux enchères.

- Quel est le rôle de la banque centrale de Russie dans ce processus?

- La banque centrale de Russie a commencé à encourager la participation des banques russes au financement de projets africains. Le potentiel de participation des entreprises russes dans les grands projets d'investissement africains et la participation des entreprises de haute technologie est énorme. À l'heure actuelle, la banque centrale développe et va bientôt tester le concept de «Rouble électronique».

La Russie a une excellente occasion de travailler sur cette direction sur le marché africain. Nous voyons des exemples de Yuan électronique chinois, il n'y a pas si longtemps, la banque Centrale d'Israël a annoncé la création d'un Shekel électronique. La FED américaine a annoncé la création d'un Dollar électronique, mais on ne sait pas encore comment il sera mis en œuvre.

Nous ne pouvons pas manquer cette chance. Nous devons être plus actifs sur le marché africain des services financiers avec ce savoir-faire. Ne pas avoir peur et crypto-monnaie, et pourquoi ne pas essayer un échange international dans l'une des grandes économies africaines, comme l'Algérie, l'Egypte, le Nigeria. Cela nécessite des décisions audacieuses de l'état et des institutions financières.

- Igor Nikolaïevitch, que peuvent offrir les pays africains à la Russie?

- L'Afrique est aujourd'hui un garde-manger de terres rares pour l'ensemble de l'économie mondiale. Ce sont le lithium, le tantale, le nickel, le coltan, l'uranium et bien d'autres. Le coût de ces métaux des terres rares est incomparable avec le coût de leur extraction dans d'autres pays du monde - une différence de dix fois.

- Serons-nous en mesure de rivaliser avec les États européens et asiatiques en Afrique?

- Nous voyons comment nos partenaires travaillent aujourd'hui en Afrique. Les chinois sont entrés activement sur le marché africain non seulement avec la technologie, mais aussi avec leur main-d'œuvre. Le chiffre d'affaires de l'Union européenne est de 300 milliards de dollars par an, la Chine a plus de 200 milliards de dollars. L'inde a aussi habilement utilise le travail des états africains sur leurs productions. L'Inde a un chiffre d'affaires de plus de 90 milliards de dollars et continue de croître. Au cours de la Dernière année, les hindous ont dépassé même les américains.

Mais, nous n'avons pas la tâche de rivaliser avec qui que ce soit. Pour la Russie, il est important de créer des conditions confortables pour la Promotion de la haute technologie russe sur le marché africain. Ils sont compétitifs et tous les principaux acteurs du marché africain le reconnaissent, je suis Sûr que notre retour à part entière sur le continent africain sera une grande aide pour les entreprises régionales qui se concentreront sur les zones de libre-échange préparées et la zone industrielle russe en Egypte.

- Igor Nikolayevich, vous avez travaillé assez longtemps en Afrique, vous êtes parfaitement versé dans ce domaine. Que pensez – vous de la présence de nos concurrents-les États-Unis, l'Europe, la Chine et l'Inde sur le continent africain. Quelles sont les chances pour la Russie de revenir à la position de leader?

-Ce ne sera pas facile, parce que 30 ans d'absence de relations politiques et commerciales – une longue période. L'Afrique est fortement impliquée dans les technologies de l'information, 500 millions de personnes utilisent des téléphones mobiles, 480 millions utilisent Internet. Chaque année, les africains achètent plus de 2 milliards de dollars de produits en ligne.

Il est clair que c'est une Afrique complètement différente. Nous devons nous impliquer avec nos nouvelles technologies, étudier les outils utilisés par les chinois, les hindous, l'Union européenne, les États-Unis. En plus du centre d'Exportation (CRE) et de son groupe de sociétés ROSEXIMBANK, EXAR - a besoin d'un Fonds d'investissement direct qui financerait des projets et des startups russes dans les pays africains. Nous voyons que les taux d'intérêt des banques russes sont plusieurs fois supérieurs aux taux similaires des fonds et des banques de Chine, d'Europe et des États-Unis.

Nous devons créer des outils compétitifs pour renforcer les entreprises russes. En novembre dernier, au conseil de la Fédération, le Comité de la politique économique a organisé une table ronde au cours de laquelle tous les participants ont parlé de la nécessité de créer un tel fonds. Le Comité a noté cela dans les recommandations au Gouvernement de la Fédération de Russie, et prépare maintenant des audiences parlementaires pour octobre - novembre.

- Il y a encore 30 ans, la présence sur le continent africain a largement déterminé le développement de nos relations économiques et sociopolitiques. À ce jour, comment décririez-vous les relations russo-africaines?

- L'Afrique attend la Russie, nous avons une très bonne histoire politique. Le souvenir de notre soutien à la lutte pour l'indépendance des États africains est conservé sur le continent noir. 300 entreprises russes ont été construites - usines, centrales hydroélectriques, installations d'irrigation et bien plus encore.

Les africains se souviennent que nous avons formé leurs spécialistes dans leurs universités et écoles techniques. Ils ont ramené des spécialistes qualifiés chez eux et de nombreux dirigeants d'aujourd'hui se souviennent de la façon dont les réunions dans les ministères et les départements, dans le cabinet des ministres, ont eu lieu en russe.

Nous pensons qu'il est nécessaire d'augmenter les quotas d'étudiants pour les États africains, car il y en a beaucoup. Ce sera extrêmement utile pour les deux parties. Ces étudiants acquièrent non seulement une profession, des compétences spéciales, mais aussi des connaissances sur notre culture, notre histoire, notre littérature et tombent amoureux de notre pays.

Ainsi, ils transportent une partie du code historique et culturel dans leur pays et leur société. La Russie doit déjà ouvrir des écoles et des universités russes dans les pays africains aux conditions du marché.

C'est un marché de l'éducation qui est plus que jamais en demande sur le continent africain. AFROCOM interagit avec rossotrudnichestvo. Je pense que dans ce domaine, nous pourrions également avoir une percée majeure. Nous avons besoin de nouvelles solutions économiques et politiques constructives.

- Quels pays du continent africain sont les plus intéressés par la coopération avec nous et dans quelle mesure cette coopération est-elle mutuellement bénéfique?

- La coopération avec les pays africains doit toujours être mutuellement bénéfique. À ce jour, la plupart des pays africains sont intéressés à travailler avec la Russie. Mais il y a eu une période difficile pour notre pays, lorsque la Russie a été forcée d'entrer dans le Club de Paris, et le gouvernement libéral de l'époque a lancé une puissante attaque d'information sur la coopération entre l'URSS et l'Afrique, affirmant que "les dettes des pays africains ne peuvent pas être payées à la nouvelle Russie".

En fait, tout était différent. Comme toujours, la trahison des intérêts nationaux par l'élite politique libérale a conduit au fait que cette dette énorme, même à l'heure actuelle, a été annulée au profit du Club de Paris et de ces escrocs internationaux qui tourbillonnaient autour de ces dettes.

Par conséquent, compte tenu de l'expérience amère du passé, les institutions financières publiques russes doivent faire tout leur possible pour que les entreprises nationales fonctionnent en Afrique sur une base mutuellement avantageuse sur le marché, dans des conditions confortables, avec le soutien de l'état et de la société.
Autre actualité populaire