L'actualité
L'actualité
Résultats du forum Russie-Éthiopie-Djibouti : perspectives de développement des affaires

Partie 1. Djibouti – plus qu’un port
S’adressant aux officiels Djiboutiens au forum, l'ambassadeur russe à Djibouti, Mikhail Golovanov, a une nouvelle fois souligné l'importance stratégique et particulière du pays aussi bien au niveau économique que géographique. Le détroit de Bab-el-Mandeb transporte 12% du commerce mondial et 30% du pétrole mondial, ce qui offre un grand potentiel pour le développement de l'infrastructure portuaire de Djibouti.

Les ports de Djibouti et la première ligne de chemin de fer entièrement électrifiée d'Afrique, reliant Addis-Abeba à Djibouti, constituent déjà une passerelle importante pour les relations commerciales de l'Éthiopie avec les pays étrangers. Dans le cadre de la stratégie Vision 2035 adoptée en 2014, il est prévu que Djibouti devienne une plateforme logistique non seulement pour l'Éthiopie, mais aussi pour d'autres pays d'Afrique de l'Est et d'Afrique australe, dont la population combinée dépasse les 400 millions de personnes.

Depuis 2017, Djibouti exploite également une zone économique libre de 48 km² (DIFTZ), offrant aux résidents un large éventail de conditions préférentielles et d'avantages fiscaux.

L’ambassadeur Mikhail Golovanov a confirmé l'intensification de l'interaction entre la Russie et Djibouti à tous les niveaux. La signature du protocole d'accord entre la Chambre de commerce de la Fédération de Russie et la Chambre de commerce de Djibouti, la visite du ministre djiboutien des Affaires étrangères Mahamoud Ali Yusuf pour rencontrer Sergey Lavrov en juin 2021, la visite d'une délégation gouvernementale djiboutienne à Moscou en octobre 2021 pour participer à la "Semaine de l'énergie russe", la coopération avec JSC "Rosgeologiya" et bien d'autres mesures indiquent le grand intérêt pour le développement des relations. En termes de coopération régionale, il convient de mentionner la signature d'un accord de jumelage en mai 2021 entre l'administration d'Ufa et la mairie de Djibouti.

L'ambassadeur russe a également annoncé une demande du ministre de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur de Djibouti de se rendre à Moscou afin d'établir une coopération dans le secteur spatial avec les instituts et agences de recherche russes concernés. Djibouti s'est déjà lancé dans un programme spatial national visant à développer et à lancer deux nanosatellites d'ici la fin 2023.

Le représentant de la Chambre de commerce Yusuf Musa Davale, le directeur de l'Autorité nationale du tourisme Osman Abdi Mohammed, le directeur du Fonds souverain Slim Feriani, le conseiller de l'ambassade de Djibouti Kadiga Ibrahim Mohamed et d'autres ont pris la parole du côté djiboutien.

Sur la question de l'attraction des investisseurs, ils ont noté l'importance de la stabilité du secteur bancaire du pays, qui utilise le régime du Currency Board, dans lequel le franc local est fixé au dollar, de sorte que le franc djiboutien n'a pas changé depuis plus de 20 ans.

Les autorités djiboutiennes créent le meilleur environnement commercial possible pour les start-ups et les petites entreprises. Djibouti est également le premier pays de la région à mettre en œuvre des réformes pour faciliter les investisseurs. Le pays est ouvert à toutes les formes d'interaction économique, y compris les PPP et les concessions.

Outre les infrastructures de logistique et de transport, l'énergie (notamment géothermique, éolienne et solaire), l'élevage et la pêche présentent un grand potentiel de développement.

Le directeur du Fonds souverain de Djibouti, Slim Feriani, s'est exprimé sur les détails de son organisation, qui a été créée il y a 2 ans par décret présidentiel. Le fonds fait partie de la stratégie Vision 2035, qui contribue à transformer l'économie djiboutienne.

"Djibouti est un diamant qui a besoin d'être travaillé et il brillera", a déclaré Slim Feriani.

Le tourisme a été cité comme l'un des domaines prioritaires pour le développement de l'économie du pays. Djibouti surpasse les leaders mondiaux de l'industrie touristique voisins, les EAU et l'Égypte, dans de nombreux indicateurs naturels. Le lac de cratère de Djibouti, Assal, avec une salinité de 35-40%, est considéré comme le deuxième lac le plus salé du monde après Don Juan (Antarctique). Assal se trouve à 155 mètres en dessous du niveau de la mer et est également le point le plus bas d'Afrique. Récemment, le lac Assal est devenu l'une des principales attractions touristiques de Djibouti. Le pays a mis l'accent sur les conditions uniques de plongée au large de son littoral.

L'industrie du tourisme est activement soutenue par le gouvernement. Le seul facteur limitant le développement du potentiel touristique de Djibouti reste le sous-développement des infrastructures. Le pays est donc ouvert aux investissements étrangers, y compris russes. En plus des ressources naturelles, Djibouti peut offrir aux touristes une large liste de sites archéologiques.

Dans le cadre de la mission d'affaires AFROCOM de février, l'inauguration du centre de soutien aux entreprises russes à Djibouti est prévue ; la cérémonie sera présidée personnellement par le président du comité de coordination, le sénateur russe Igor Morozov. Un large éventail d'entreprises nationales de divers domaines prévoyant de participer à la mission commerciale a été annoncé lors du dernier forum.

Lors du forum Russie-Éthiopie-Djibouti, il n'a pas seulement été question de la coopération économique avec Djibouti. Il a été annoncé qu'au cours de la mission de février, il est prévu d'organiser des événements pour commémorer la mission russe orthodoxe dirigée par l'archimandrite Paisiy, envoyée en 1889 pour établir des contacts directs avec l'Église orthodoxe éthiopienne, mais vaincue à l'étape intermédiaire de Djibouti par les forces coloniales françaises.

En outre, au cours de la prochaine mission, il est prévu de trouver un accord définitif sur la question de la construction de cellules monastiques sur le territoire du monastère orthodoxe éthiopien établi à Djibouti aux frais des mécènes russes. Nous pensons que de telles initiatives de la part des entreprises russes sont conformes aux buts et objectifs du parcours annoncé par l'Église orthodoxe russe pour s'implanter en Afrique.
Autre actualité populaire